mardi, juillet 29, 2008

Cuil

Dans mon ouvrage sur Aldo Manuzio, j'imagine un moteur de recherche basé sur principalement sur la connaissance. Se pourrait-il que Cuil soit de ce type? A peine ouvert hier, ce service a dû fermer car trop sollicité. C'est dire l'attente des internautes. Tout cela rappelle l'arrivée de Google, nous étions pour la plupart des utilisateurs d'Altavista (les anciens se souviennent). Nous sommes passés de l'un à l'autre en quelques heures. Cuil donne un peu cette impression, à la différence de dizaines d'autres qui ont tenté l'aventure. Mais n'invente pas qui veut l'architecture du visionnaire Larry Page, et Google est solidement implanté dans tant d'autres métiers et modèles marketing et économique de l'Internet. A suivre en tout cas...

1 commentaire:

Richard Chappuis a dit…

Encore faut-il pouvoir représenter la connaissance avant de pouvoir l'interroger avec un moteur de recherche. Et les modèles permettant de formaliser l'information et ses agencements se basent tous sur le même postulat : l'information réside dans les données. En conséquences l'information est mille fois dupliquées dans mille structures de données différentes.
Le Google de demain devra remettre en question le vieux postulat qui traite l'information en traitant des données et des références sur des données (records et FK, fichiers et path, pages et URL, objets et pointeurs, ressources et triplets, noeuds et arcs, …). Une donnée n'existe pas dans l'absolu. Une donnée existe PAR RAPPORT aux données qu'elle n'est pas. Sans "RAPPORT", pas de données. Avant de résider dans les données, l'information réside dans les rapports, dans les liens. D'ailleurs les nouveau-nés le savent bien, 2 millions de connexions par seconde, c'est à ce rythme que se lient leurs neurones pour prendre connaissance de la réalité, et l'interroger.