vendredi, juillet 03, 2009

Je me souviens de l'eVilla, de Sony

Il est toujours difficile de savoir si les produits japonais sont de véritables activités ou bien l'occasion de tester des marchés, des modèles économiques, ou des interfaces. Ainsi l'Aibo, vendu à prix coutant, a servi à tester le comportement des humains face à un robot pour mettre au point des composants apprenants et communicants pour des produits électroniques grand public, appareils photo, téléviseurs, etc. Je me souviens d'eVilla, du même Sony, lancé en juin 2001. Il partait d'un constat simple: se connecter à l'Internet, ouvrir des boites de messagerie, accéder à des services comme la radio ou la vidéo numérique, tout cela était trop compliqué. L'idée était de livrer un produit totalement pré configuré, adresses de courrier électronique comprises, "plug and play". Un petit bijou pour 499 dollars, que Sony retira du marché deux mois plus tard en remboursant les clients.
Alors, méthodologie marketing, mauvais design, ou produit trop en avance sur son temps? Quelqu'un doit bien savoir...

2 commentaires:

J.-W. B a dit…

Bonjour Bruno,

Je suis quelqu'un qui ne sait pas -:) mais :

1 - Design : certes le device n'est pas au top ; si certains y sont sensibles (tu connais les vrais Apple users qui pour rien au monde ne sacrifieraient l'épuré d'un MacBook Air d'un iPod, ou du'n iPhone, la magnifique signature de Jonathan...), je ne pense pas que ce soit un obstacle à la commercialisation d'un terminal, il y a toujours des geeks à la recherche de l'ultime innovation, quel qu'en soit l'aspect.
Out l'argument design à mon avis.

Maintenant j'hésite entre les 2 autres propositions mais je suis toute de même troublé par le retrait deux mois seulement après sa mise en vente : n'était-ce pas trop court, deux mois ? Comment avoir un retour expérience users sur une si courte durée ??? ou alors les ventes étaient ultra confidentielles ... A combien d'exemplaires, sais-tu, ce terminal a-t-il été vendu ?

Reste l'option marketing. J'ai des doutes, mais je ne me souviens pas qu'elle était en 2001 l'avancée d'internet, 8 ans est un gouffre, surtout dans les TIC. (Les 2o ans du Mac me semblent à des décennies d'ici, ce n'était qu'en 2004, juste hier et pourtant, c'était l'heure de gloire du Cube et le Spartacus émerveillait encore de nombreux visiteurs... ces produits (même si le Cube, design plus que jamais d'actuaité tourne toujours dans un coin de la maison), ne sont pas si âgés que ça...
C'est sans doute la clef du flop de l'eVilla.

Aujourd'hui, sortir le bon produit au bon moment est crucial. Tu le sais mieux que nombre d'entre-nous, le Newton a préfiguré l'iPhone, le QuickTake a servi d'étalon maître aux APN de nos mobiles.

Steve, c'est certain a pris la mesure du temps et c'est pourquoi 'liTablet (j'en suis convaincu et trop aux aguets d'un "one more thing" imminent) tarde tant à venir. Il maîtrise avec brio le calendrier, a la vision qu'on lui connaît et dont l'acuité n'est plus à démonter. J'ai percuté sur la pertinence de l'anticipation qui l'habite quand le MBA est sorti sans SuperDrive ; Steve avait déjà vu juste en supprimant le lecteur de disquette sur le tout premier iMac...). C'est aussi une des raisons qui font qu'Apple dominera toujours le secteur (voire ceux dont il est novice, cf l'iPhone...)- :)

En conclusion, la conjonction marketing / bon timing me semble une clef plausible à la réponse.

jlb

Bruno Rives a dit…

C'est effectivement difficile de se replonger dans la situation de l'époque. Sun et Alcatel avaient également annoncé un Internet Appliance. C'était dans l'air du temps. Après quelques heures de réflexion, je penche pour une tentative de prise de marché de l'Internet à la maison (le eVilla avait deux modes de connexion, 56k et Ethernet). Le seul moyen pour Sony de savoir était de sortir un produit. Aucune étude n'aurait pu le dire.