jeudi, août 25, 2011

Steve Jobs, Apple, Sony, Google - Le Buddha est dans l'architecture et dans les soit-disant petits détails

La distance de Steve Jobs s'était déjà fait sentir, si l'on en juge par les petits détails que les connaisseurs ont pu constater ces dernières semaines: iPhone 4 blanc que l'on a eu envie de rendre le premier jour (certains passionnés sont revenus au 3); AirDrop qui ne fonctionne pas sur l'un de nos deux MacBook Air sous OS Lion (des heures à comprendre ce qui se passait); l'un des deux gelant aléatoirement au démarrage (ce qui rappelle les insupportables "bombes" passées); l'attraction, telle celle pour le Vaio à laquelle les puristes n'avaient pas résisté, qui nous fait regarder aussi du coté des tablettes annoncées par Sony sur lesquelles tourne Android de Google. Le rapprochement est troublant avec la première grande période d'absence de Steve Jobs (1985-1996), qui avait incité plus d'un fanatique de la marque à la quitter pour d'élégants portables sous Windows.
Apple n'est plus seulement le concepteur de logiciels et de matériels d'antan, mais avec iTunes le plus grand magasin de musique, de livres, de cours, et de films de la planète, avec iPhone le premier fabricant de smartphones, avec iPad l'inventeur du post computer. Malgré tout, son succès tient toujours à une subtile alchimie, selon la formule de Jean-Louis Gassée: "le Buddha est dans l'architecture et dans les soit-disant petits détails". La seule question est désormais de savoir si sa seule position au board va permettre à Steve Jobs de l'assurer.

ps) Cela va sans dire, nous partageons l'extrême déchirement de Steve Jobs d'avoir eu à démissionner du poste de CEO d'Apple et les souvenirs qui ne cessent de revenir à l'esprit de ceux d'entre nous qui ont participé à cette merveilleuse aventure.

2 commentaires:

Unknown a dit…

Le trait me semble un peu forcé. Si les fameux "détails" de certaines créations Apple récentes laissent à désirer, c'est oublier que même lorsque Steve était aux commandes, certains détails ont par le passé poser quelques gros problèmes : dans la période récente le lancement de Mobile Me ou l'antenne de l'iPhone 4 et dans un passé plus lointain que tu connais bien le SAV des Ulis croulant sous les Apple 3, les disques dur Profile, les Lisa désossés et effectivement les "bombes" à répétition ... Je te rejoins pour remercier Steve pour la formidable aventure qu'il nous a permis de vivre ..

Bruno Rives a dit…

@ Unknown que je connais bien...
Tu as raison, il y a aussi ces disques à vitesse variable qui devaient équiper Macintosh, et qui avaient déjà pénalisé Lisa en obligeant à l'ajout du Profile in extremis!
http://brunorives.blogspot.com/2008_01_01_archive.html
Néanmoins, quand Steve Jobs était aux commandes, il réussissait toujours par trouver une solution (ou un échappatoire, c'est selon). Quid désormais?